Fonctionnement

Le principe sur lequel repose le système de détoxication ionique est basé sur l’utilisation d’un micro courant pour faciliter le mouvement ou le transfert des charges électriques dans les cellules à travers leurs membranes. Cela a pour but de rétablir l’équilibre entre les charges positives et négatives des cellules afin d’optimiser le potentiel électrique membranaire. Ainsi, le micro courant indolore et non envahissant permet d’ouvrir le passage des canaux ioniques vitaux. Par conséquent, la supplémentation en énergie ionique, produite par le générateur d’ions négatifs immergé dans l’eau du bassin, pénètre par les points réflexes de la peau pour enclencher un processus interne de détoxication, d’assimilation des nutriments et de rééquilibrage des fluides.

L’importance d’un bon potentiel électrique des membranes cellulaires

Les ions négatifs catalysent les fonctions métaboliques et rendent possible l’assimilation du précieux oxygène et de l’eau au sein des tissus organiques. Ce processus stimule et facilite l’élimination des radicaux libres acidifiants et améliore ainsi la perméabilité et le désencombrement des membranes cellulaires. Effectivement, par cette diminution des tensions de surface, les nutriments, les enzymes, l’eau et l’oxygène peuvent mieux agir dans les fluides intracellulaires et les résidus peuvent mieux en sortir. Il en résulte une profonde stimulation des systèmes circulatoires sanguin et lymphatique pour une efficacité d’élimination accrue des déchets par les reins, le foie, les intestins, la peau et les poumons. Voilà comment cette technologie aide le corps à progressivement s’oxygéner, à s’hydrater et à neutraliser les rejets métaboliques acides et corrosifs afin de les éliminer par les émonctoires naturels (organes de filtration).

De plus, la stimulation des points réflexologiques (acuponcture) sous les pieds, par les ions négatifs, a aussi un impact positif majeur sur les réseaux énergétiques (méridiens). Leur stimulation modifie, par induction électrique, l’état fonctionnel des récepteurs nerveux de la peau (zones réflexes) qui transmettent leurs messages aux centres nerveux, par l’intermédiaire des nerfs périphériques et de la moelle épinière, jusqu’au cerveau. Il a été remarqué que la stimulation des ions négatifs engendre de nombreux bienfaits sur le métabolisme humain, notamment sur les niveaux de sérotonine (humeur), sur le cycle énergétique de Krebs (vitalité) et sur le système nerveux végétatif (sympathique et parasympathique). La stimulation ionique harmonise et améliore considérablement le comportement bioénergétique des fluides et des glandes dans le corps humain. Les fluides réagissent alors de manière à permettre à l’organisme de retrouver l’équilibre correspondant à ses fonctions naturelles.

Dans le bassin d’eau tiède et saline, pendant la séance ionique, lorsque l’eau est ionisée, elle est scindée en ions H+ et OH- (et parfois en H3O+ et H2O2), un peu comme l’eau qui cascade dans une chute devient ionisée. Des molécules ionisées, d’une polarité négative (anion), sont alors capables de transmettre leurs électrons libres via le système nerveux dans tout le corps. Par leur présence en plus grand nombre, ces électrons neutralisent les déchets toxiques stressants et acidifiants contrairement chargés (cations).

Les résidus colorés, que l’on observe s’accumuler dans l’eau du bain ionique pendant la séance, sont en majeure partie (plus de 75 %) créés par le générateur d’ions négatifs (métal) interagissant par oxydation avec les minéraux naturels de l’eau et le sel de mer ajouté pour en augmenter la conductivité électrique. Selon nos observations actuelles, il y aurait un peu moins de 25 % des déchets totaux présents dans l’eau qui seraient d’origine organique. Les toxines seront éliminées en majeure partie par les voies naturelles pendant les 3 jours suivant la séance ionique.

Effectivement, le but premier de cette technologie est de transférer de précieux ions négatifs à l’organisme, non pas de « purger » les toxines du corps par les pores de la peau des mains ou des pieds. La couleur résiduelle et les textures de l’eau du bassin, après une séance, diffèrent d’un utilisateur à l’autre et dépendent de plusieurs critères d’opérations. Il est donc superflu de leur chercher une signification ou d’en tirer des conclusions qui seront vraisemblablement futiles.